User Picture
Vous

URBANISATION ET PROBLEMES DES VILLES

I.  Introduction

    L’urbanisation est l’augmentation de la population dans les villes. En Afrique l’urbanisation a connu un essor sous l’ère coloniale, cependant l’Afrique demeure le Continent le moins urbanisé.

II.  Le phénomène urbain en Afrique

A.  Avant la colonisation

Certaines régions d’Afriques ont connu une brillante civilisation urbaine avant l’arrivée des européens. En Afrique noire on peut citer : Ife, Oyo, Ibadan. En Afrique du Nord, des villes telles que Fès, le Caire, Tunis, Marrakech se développèrent à la faveur de l’expansion de l’islam. Du côté du sud du Sahara, c’est notamment les relations commerciales qui permis le développement  de plusieurs villes. On peut citer entre autres : Tombouctou, Djenné, Kano, Gao. A l’entame de la traite négrière et de la colonisation, des villes côtières se développèrent. Parmi celles-ci on peut citer Saint-Louis, zanzibar, Dar-es-Salam. 

B.  L’urbanisation pendant l’ère coloniale

La conquête et l’exploitation des  terres africaines par l’Europe ont entraîné la création de plusieurs villes. En effet, l’exploitation des terres africaines nécessitait la création de poste militaire, de centres administratifs, de marchés, de ports. C’est ainsi que plusieurs villes se développèrent pendant la période coloniale. Dakar, Bingerville, Ouagadougou, Accra.

C.  Les types de ville

1.  Les villes portuaires

Ces villes forment la majorité des grandes villes africaines actuelles. Elles reliaient les colonies aux villes européennes. De nos jours, ces villes sont devenues les capitales économiques ou politiques des Etats africains. Exemple : Abidjan, Dakar, Accra, Alger.

2.  Les villes de transit

Elles sont situées aux intersections des voies de communications telles que les routes, les chemins de fer. Exemple : Kano, Ouagadougou, Lusaka, Nairobi.

3.  Les villes minières

Elles sont généralement moins peuplées et elles naissent dans les régions d’extraction minière. Exemple : Jos, Johannesburg, N’Dola, Lubumbashi.

III.  Caractères et problèmes des villes africaines

A.  caractères des villes.

1.  Le taux d’urbanisation

Avec moins de 40 citadins pour 100 habitants en 2004, l’Afrique est le continent le moins urbanisé. Le taux d’urbanisation est plus élevé en Afrique du Nord (plus de 50 %) qu’en Afrique subsaharienne (moins de 35 % à 50 %). En 1960, l’Afrique comptait trois grandes villes de plus de 1 million d’habitants. Elle compte aujourd’hui deux mégapoles*  regroupant plus de 10 millions de personnes (Lagos, le Caire) ainsi que près de 20 agglomérations de plus de 2 millions d’habitants. 

  • Mégapole : Très vaste région urbanisée regroupant plusieurs villes.

2.  La structure des villes

Les villes africaines opposent  des quartiers très différents. D’un côté on a des quartiers modernes avec de grands immeubles, et de l’autre côté on a des quartiers populaires avec des maisons plus simples et densément occupées. A côté de ces quartiers se développent  des quartiers spontanés (bidonville, non lotis). Les villes africaines concentrent toutes les infrastructures (sanitaires, scolaires, universitaires, sportives, loisir etc.) tandis que les campagnes en sont dépourvus. 

B.  Les problèmes des villes

1.  Le problème de logement

L’augmentation rapide de la population urbaine rend difficile l’accès au logement. On assiste alors à la naissance des quartiers spontanés à la périphérie des villes.

2.  l’insécurité

Plusieurs délinquants ont pour berceau les villes. Ils sont responsables entre autres de vol à main armée, de cambriolage, d’assassinat, de viol. A l’œuvre de ces brigands, s’ajoutent les accidents de la circulation qui sont légions dans villes.

3.  Le chômage et l’exode rural

Le taux de chômage est généralement élevé dans les villes africaines, le chômage est accentué par l’exode rural, les jeunes de la campagne voient la ville comme un Eldorado (un paradis)

4.  L’indisponibilité des services publics

La croissance spatiale des villes entraine de nouveaux besoins en électricité, en eau potable, en systèmes sanitaires (caniveaux, service de ramassage des ordures etc.), en infrastructure de communication (routes) et éducatives (écoles, lycées)  etc.

IV.  Conclusion

Embryonnaire à l’ère coloniale, l’urbanisation en Afrique connait de nos jours un essor. Cependant  elle n’est pas exempt de conséquences négatives, insécurité, chômage, crise de logement