User Picture
Vous

CONDITIONS NATURELLES ET DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE

I.  Introduction

L'Afrique est l'un des cinq (05) continents du monde ; elle est reliée à l'Asie par l'isthme de Suez et séparée de l'Europe par le détroit de Gibraltar. Elle s’étend du Nord au Sud sur environ 8 000 km et de l’Est à l’Ouest sur environ 7 500 km sur une superficie totale de 30 300 000 km2. Troisième continent par la superficie, l'Afrique est en grande partie située dans le domaine intertropical, elle est découpée en 54 États.

II.  Les aspects physiques de l’Afrique

A.  Le relief

L’Afrique présente une forme généralement homogène. Elle est constituée de plateaux et larges cuvettes intérieurs bordés de hauts reliefs. L’altitude moyenne de l’Afrique est de 675 mètres. L’Afrique occidentale et centrale est surtout composée de plaines et de plateaux. Les grandes cuvettes du Niger, du Tchad, du Congo ne dépassent pas 200 à 400 mètres. Quant aux plateaux, ils sont dominés par des massifs montagneux : les massifs du Hoggar, du Darfour, du Tibesti (qui culmine à 3 414 m), massif du Fouta Djalon, la dorsale guinéenne (mont Nimba 1 752 m), l’Adamaoua,  les monts de l’Angola.

         Au Maghreb le relief est composé de plateaux parsemés de dépressions (zones basses) et bordé de massifs montagneux.

 C’est en Afrique orientale et australe que le relief est accidenté. Les parties effondrées (basses) forment les Rifts Valleys sur 4 000 km dans le sens Nord-Sud, les parties surélevées forment de hauts plateaux (1 000 m d’altitude) dominés par de hauts massifs comme celui du Ruwenzori (5 119 m) en Ouganda.

         Le volcanisme* a donné  naissance aux plus hauts sommets du continent (Kilimandjaro 5 895 m ; mont Kenya 5 119 m) et formé de haut plateaux comme celui d’Ethiopie et du Drakensberg (Afrique du Sud).

         Les plaines littorales d’Afrique sont généralement étroites (minces)

B.  L’hydrographie

Les fleuves africains comptent  parmi les plus importants au monde. Les principaux fleuves africains sont :

  • Le Nil : c’est le plus long fleuve d’Afrique avec 6 700 km. Il prend sa source en Afrique orientale, il se forme au sortir du lac Victoria il coule ensuite vers le nord, en  traversant  la Sahara et se jette dans la Méditerranée par un large delta.
  • Le Congo : second fleuve mondial par son débit après l'Amazone, il draine un très vaste bassin de 3 800 000 km2. Né sur le plateau du Katanga (République Démocratique du Congo), il se jette dans l'océan Atlantique.
  • Le Niger : il prend sa source dans le massif du Fouta-Djalon, en Guinée. Il se dirige ensuite vers le nord, avant d'effectuer une grande boucle pour se jeter dans le golfe de Guinée, au Nigeria sur environ 4200 km
  • Quatrième grand fleuve du continent, le Zambèze prend sa source sur les plateaux de Zambie, franchit les célèbres chutes Victoria et se jette l'océan Indien à travers un important delta sur 3 540  km
  • En dehors de ces fleuves, il existe d’autres fleuves tels que l’Orange (2 100 km) en Afrique du Sud, le Sénégal, le Mouhoun, la Comoé en Afrique occidentale.

A ces fleuves, s’ajoutent des lacs dont les plus importants sont : le lac victoria, le Lac Tanganyika, le Lac Malawi, le Lac Tchad, le Lac Albert, le Lac Edouard etc.

C.  Le climat

Plusieurs types de climats règne sur l’Afrique.

  • Le climat équatorial

Ce climat se caractérise par des températures élevées variant peu au cours de l’année (25°C en moyenne). Les pluies tombent toute l’année et leur total dépasse 1 500 mm, voire 2 000 mm.
Ce climat s’étend en partie en Afrique centrale et sur les côtes Ouest africaines.

  • Le climat tropical

On distingue le climat tropical sec et tropical humide.
Le climat tropical sec se caractérise par l’alternance entre une saison pluvieuses  et une saison humide. La durée de la saison pluvieuse (hivernage) est de plus en plus courte au fur à mesure que l’on s’éloigne de l’Equateur. Le climat tropical sec règne sur une bande allant d’Afrique occidentale en Afrique Orientale. Et sur la majeure partie de l’Afrique australe.
Le climat tropical humide est plus proche du climat équatorial par l’abondance des précipitations environ 1500 mm par an. Mais se caractérise par deux grandes saisons : une courte  saison sèche et une longue saison humide. Ce type climat règne sur une bande allant d’Afrique occidentale en Afrique centrale. 

  • Le climat sahélien

Il marque la transition vers le climat désertique. Les pluies sont de plus en pluies rares (500 mm) et ne tombent que pendant une courte période (3 mois au maximum) les températures sont plus élevées que dans les régions humides et atteignent 40°C en fin de saison sèche. Ce climat règne sur une bande allant d’Afrique occidentale à la corne de l’Afrique.

  • Le climat désertique

Le climat désertique s’étend inégalement sur le continent africain. Au nord du continent, le Sahara, le plus grand désert du Monde couvre plus de 8 millions de km2. Au sud du continent, le Kalahari et le Namib occupent un  espace plus petit. Dans le climat désertique, les précipitations sont souvent inférieures à 100 mm par an. Les différences de températures entre le jour et la nuit atteignent  les 50 °C et l’amplitude thermique annuelle est de 25° à 30°C.

  • Le climat méditerranéen

Le climat méditerranéen  est localisé aux extrémités  Nord et Sud du continent. Les étés sont chauds et secs et les hivers sont doux et humides

D.  La végétation

La forêt dense ou ombrophile avec des arbres dépassant 40 mètres couvre les régions de climat équatorial et certaines régions où les précipitations sont très élevées. (l’Est de Madagascar) et sur les rives et les deltas des grands fleuves tropicaux tels que le Congo et le Zambèze.

La forêt claire couvre les régions de climat  tropical humide. Les arbres ne dépassent pas 25 m et perdent leurs feuilles durant la saison sèche. Ces régions sont également couvertes par la savane arborée. Les arbres s’y trouvent en bouquet.

La savane arbustive et la savane herbeuse couvre les régions de climat tropical sec. Les arbres y sont plus ou moins clairsemés et de petites tailles. Les forêts galeries s’alignent le long des principaux cours d’eau. 

 Dans les déserts la végétation est essentiellement composée de Steppe : tapis d’herbe continu parsemé d’arbustes épineux et d’oasis.  

Dans le domaine Méditerranéen on rencontre une végétation de type méditerranéen composé de garrigue, de maquis etc.

III.  L’impact des conditions naturelles sur le développement de l’Afrique

A.  l’impact positif des conditions naturelles sur le développement

Plusieurs pays d’Afrique ont su tiré profit de leurs ressources naturelles pour donner un élan à leur développement. A titre d’exemple, on peut citer le cas de la Lybie qui s’est développée grâce aux ressources pétrolière,  c’est aussi le cas du Nigéria. La Côte d’Ivoire s’est hissée au rang de premier pays producteur de cacao au monde, elle a développée l’énergie hydro-électrique qu’elle exporte au Burkina Faso. Le Burkina est aujourd'hui le troisième producteur de coton du continent derrière le Mali et le Bénin. 

B.  L’impact négatif des conditions naturelles sur le développement

  • Les aléas climatiques

La sècheresse demeure le problème majeur de l’Afrique. Elle se vit dans plusieurs zones du continent. Cette situation expose certains pays africains à la famine, car sans ressources en eaux, l’agriculture et l’élevage notamment ne peuvent se développer.

  • La faible valorisation des potentialités naturelles

L’Afrique en générale dispose d’importantes ressources hydrauliques, minières et énergétiques qui pourraient assurer le développement économique du continent,  mais qui demeurent  sous exploitées, notamment par manque de capitaux.

  • Les problèmes environnementaux

Ces dernières années on constate une dégradation accélérée de l’environnement du continent. Cela est notamment dû aux changements climatiques et aux actions anthropiques. Chaque année des milliers d’hectares de forêt disparaissent, les terres cultivables se dégradent à un rythme accéléré. A cela s’ajoute l’avancée du désert qui se fait à un rythme inquiétant.

IV.  Conclusion

L’Afrique est un riche continent, au paysage physique divers. Cependant  elle à un très faible niveau de développement économique que l’exploitation judicieuse des ressources naturelles pourrait combler.