User Picture
Vous

LES FORMES D’ACCESSION A L’INDEPENDANCE EN AFRIQUE LUSOPHONE

I.  Introduction

Le Portugal a participé au XIX è siècle à la conquête de l’Afrique. Mais au XX è siècle, la puissance coloniale du Portugal est remise en cause dans ses colonies.

II.  Les mouvements d’émancipation dans les colonies lusophones

A.  La situation des colonies

Au début des mouvements d’émancipation les colonies lusophones sont partagées entre une minorité blanche riche et une minorité noire pauvre. Le Portugal a investi dans ses colonies qui enregistraient un développement économique. Mais le pouvoir économique était entre les mains de la minorité blanche. A titre d’exemple, pour un même travail, un blanc touchait le double du salaire d’un noir. Cette situation va entraîner des mécontentements.

B.  L’administration portugaise

Le Portugal a établi un système d’administration direct dans ses colonies. Le système de dictature de Salazar va se répercuter dans les colonies car elles étaient dirigées depuis le Portugal.

Cependant  le développement économique des colonies permit l’arrivée massive de colons. Ils organisèrent  les systèmes d’administration dans les colonies. En 1960, on dénombrait environ 200 000 colons dans les colonies portugaises.

III.  L’évolution des luttes d’émancipation dans les colonies lusophones.

A.  La lutte de 1960 à 1969

A partir de 1960, les mouvements de libération organisèrent des luttes armées pour réclamer l’indépendance. Mais le Portugal réagit en envoyant des soldats pour combattre les mouvements de  libération. Le Portugal obtint le soutien des pays occidentaux tels que les Etats-Unis, la Grande Bretagne à qui le Portugal avait accordé le droit d’exploiter certaines de ses colonies (pétrole). En plus le Portugal prétend le soutien de l’URSS aux mouvements d’émancipation ce qui va entrainer un soutien massif des pays occidentaux au Portugal.

En 1961, plusieurs colons sont massacrés dans les différentes colonies portugaises. Le Portugal voulant apaiser la situation supprime les travaux forcés. Jusqu’en 1969, le Portugal domine les mouvements d’émancipations.

B.  Les luttes de 1969 à 1974

A partir de 1970, le Portugal rencontre de plus en plus de problème dans la lutte armée. Les pays africains soutiennent les mouvements d’émancipation, et l’OUA demande la libération des colonies. En plus le Portugal rencontre des problèmes financiers car la lutte armée nécessitait de gros moyens financiers.

Face au refus de décolonisation de Salazar et sa dictature au Portugal, un coup d’Etat militaire le renverse en 1972. Les nouvelles autorités militaires proclament la démocratie au Portugal et la décolonisation des colonies. Cette nouvelle situation, précipitera l’indépendance des colonies lusophones.

IV.  Les résultats des mouvements d’émancipation.

A.  En Guinée Bissau

Après une période de lutte armée, le PAIGC (Parti Africain de l’Indépendance de la Guinée Bissau et des Iles du Cap Vert) accepte des négociations avec le Portugal. Ces négociations doivent aboutir à l’indépendance. C’est ainsi que Amilcar Cabral est assassiné en 1973 par des anti-indépendantistes. Son frère Luis Cabral le remplace à la tête du PAIGC et proclame l’indépendance de la Guinée Bissau suite aux accords signés à Alger en 1974.

B.  Au Cap Vert

Le Cap Vert va accepter  en 1974 lors des négociations d’Alger, une négociation séparées sur son indépendance, le PAIGC menait la lutte, il était dirigé par Aristide Pereira. Le 30 juin 1974 des élections législatives sont organisées. Le PAIGC l’emporte avec 92 % des voix. Aristide Pereira devint le président l’Etat du Cap Vert.

C.  Au Mozambique

Au Mozambique, les luttes armées étaient  organisées au sein du FRELIMO (Front Révolutionnaire pour la Libération du Mozambique) qui était dirigé par Edouard Mondlane. Après son assassinat en 1969, il est remplacé par Samora Machel et Dos Santos. Le FRELIMO négocie les accords de Lusaka en septembre 1974, l’indépendance du Mozambique est proclamée. Mais après la révolte d’une brigade blanche et le Massacre de cette brigade, l’indépendance du Mozambique en sera reconnue que le 25 juin 1975.

D.  L’Angola

En Angola, les mouvements  d’émancipation sont menés au sein de trois (3) partis : le UPNA (Union des Peuples du Nord de l’Angola) dirigé par Holden Roberto, le MPLA (Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola) dirigé Agosthino Neto et l’UNITA (Union National Pour l’Indépendance Totale de l’Angola) dirigé par Jonas Savimbi.

L’UNITA et le FLNA s’associent  pour lutter, mais à partir de 1974 le Portugal négocie avec le MPLA pour l’indépendance. Le 11 novembre 1975, Agosthine Neto proclame l’indépendance de l’Angola. Mais au lendemain de cette proclamation l’UNITA prend les armes contre le MPLA plongeant ainsi l’Angola dans une guerre civile.

E.  L’Archipel de Sao Tomé

La lutte armée est menée par le MLSTP (Mouvement de Libération de Sao Tomé et Principe) dirigé par Manuel Pinto Dacosta. Il obtint l’indépendance de l’archipel le 12 juillet 1975 et devint son premier président.

V.  Conclusion

Les colonies lusophones d’Afrique ont obtenu leur indépendance après une longue période de conflit contre le Portugal. A partir de 1980 les anciennes colonies lusophones d’Afrique étaient indépendantes.