Chapitre 16: L’INTEGRATION REGIONALE : L’UEMOA ET LA CEDEAO - Histoire-Geo Troisième | DigiClass
User Picture
Vous

L’INTEGRATION REGIONALE : L’UEMOA ET LA CEDEAO

I.  Introduction

        Le développement de l’Afrique passe par l’union entre les Etats. C’est dans ce cadre que les Etats d’Afrique occidentale ont mis en place des organisations comme la CEDEAO et l’UEMOA pour une intégration sous régionale.

II.  Les Organisations d’intégration

A.  La CEDEAO

        La CEDEAO (Communauté Economique Des Etats d’Afrique Occidentale) a été créée le 28 mai 1975. Son siège est à Abuja au Nigéria. Elle regroupe les pays de l’Afrique de l’ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Nigéria, Ghana, Libéria, Sierra Leone, Guinée, Gambie, Cap-Vert.

    Les objectifs de la CEDEAO sont :

  • Créer un vaste marché ouest africain et une union monétaire avec une monnaie unique.
  • Promouvoir la coopération et le développement dans tous les domaines d’activité économiques.
  • Supprimer les obstacles à la libre circulation des personnes et des biens entre les Etats membres.
  • Eliminer les droits de douanes entre les Etats membres.

       La CEDEAO  dispose d’un fond (capitaux) de coopération et de développement destiné au financement des projets dans les pays membres. En plus de ses objectifs économiques la CEDEAO œuvre pour la paix dans la sous-région. Elle s’est dotée d’une force d’interposition, l’Ecomog créée en avril 1990. L’Ecomog est intervenue au Libéria, en Guinée-Bissau et en Sierra Leone pour rétablir la paix. 

B.  L’UEMOA

        L’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest  Africaine) est née le 10 Janvier 1994. Son siège est à Ouagadougou au Burkina Faso. Elle regroupe 8 pays : le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Mali, la Guinée-Bissau, le Sénégal et le Togo.

Les objectifs de l’UEMOA sont :

  • Renforcer la compétitivité des activités économiques des Etats membres sur marché ouvert et concurrentiel.
  • Créer entre les Etats membres un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens, des services, des capitaux et le droit d’établissement des personnes exerçant une activité indépendante ou salariée.
  • Harmoniser, pour le bon fonctionnement du marché commun, les
    législations (lois) notamment fiscales des États membres.

L’UEMOA bénéficie de nombreux atouts qui peuvent lui permettre de relever le défi de l’intégration :

  • Un vaste marché de consommation (l’importance de la population)
  • Une population jeune
  • Une complémentarité naturelle entre les pays sahéliens et côtiers.
  • Une langue officielle commune : le Français
  • Une monnaie commune : le franc CFA.

III.  La nécessité des regroupements

Pour surmonter les difficultés liées au morcellement de l’Afrique par la colonisation, la nécessité pour les pays africains de s’unir dans des organisations s’imposait. Cette nécessité se ressent à plusieurs niveaux :

A.  Sur le plan économique

Les organisations économiques permettent le développement économique des pays membres à partir de :

  • La facilitation des échanges entre les pays membres
  • La libre circulation des personnes et des biens entre les Etats membres.
  • L’allègement ou la suppression des droits de douane pour les produits provenant des pays membres.

L’uniformisation de certaines politiques sectorielles (exemple : l’agriculture, l’industrie

B.  Sur le plan politique

Le développement économique est conditionné par la stabilité politique et sociale. C’est dans cette optique que la CEDEAO et l’UEMOA œuvrent beaucoup pour le maintien de la paix et de la sécurité dans la sous-région ouest africaine. Ces deux (02) organisations œuvrent pour trouver des solutions aux  crises politiques ou sociales dans les pays membres : exemple au Mali.

Malgré les avantages procurés par ces organisations, quelques difficultés empêchent leur bon fonctionnement.

IV.  Les difficultés des regroupements

Les objectifs fixés par la CEDEAO et l’UEMOA ne sont pas toujours atteints. La liberté de circulation des personnes et des biens n’est pas effective. Quelques tracasseries au niveau des frontières empêchent cette liberté de circulation.

Les différences de monnaie et de langue ne facilitent pas les échanges dans l’espace CEDEAO et UEMOA. Les marchandises produites dans l’espace CEDEAO sont confrontées à une concurrence sérieuse des produits asiatiques et européens.

V.  Conclusion

Les efforts d’organisation économiques en Afrique de l’Ouest ont favorisé l’intégration et le développement économique des Etats. Mais quelques difficultés ralentissent l’aboutissement d’une véritable intégration ouest africaine.