Chapitre 14: Les formes d’accession à l’indépendance en Afrique anglophone - Histoire-Geo Troisième | DigiClass
User Picture
Vous

Les formes d’accession à l’indépendance en Afrique anglophone

I.  Introduction

Les puissances européennes avaient établies leurs dominations sur le continent africain. Les britanniques qui avaient participé à la conquête vont asseoir leur système colonial. Mais à la faveur de la décolonisation, les colonies anglaises vont accéder à l’indépendance.

II.  Les différentes formes de colonisation britannique en Afrique

A.  Les types de colonie

On distingue les colonies d’exploitation et les colonies de peuplement.

1.  Les colonies d’exploitation

Dans ces colonies, les européens ont pour objectif d’exploiter les richesses (les matières premières agricoles et minérales). Le peuplement européen dans ces colonies est très faible.  C’était le cas de la Gold Coast.

2.  Les colonies de peuplement

C’était des colonies dont l’objectif était d’accueillir les populations venus de la Grande Bretagne. Les européens s’installent presque définitivement  et exploitent  les richesses de la colonie par le biais des indigènes. C’était le cas du Zimbabwe ex Rhodésie du Sud.

B.  Le mode d’administration des colonies anglaises.

La Grande Bretagne pratiquait l’administration indirecte (indirect rule) dans ces colonies : elle maintenait l’organisation propre à de chaque colonie, ses institutions, ses chefs, ses lois etc. L’administration coloniale contrôlait  ses administrés en apportant progressivement quelques changements nécessaires. Ce mode d’administration présentait deux (02) avantages : il nécessitait peu d’administrateurs coloniaux et les peuples colonisés continuaient de vivre selon leur tradition.

III.  l’évolution politique des colonies d’exploitation l’exemple de la Gold Coast

A.  Les causes du nationalisme dans la colonie de la Gold coast

En 1946, l’économie de la Gold Coast était en difficulté,  une maladie qui frappait les cacaoyers en était la raison majeur.  Cela entraina une baisse des revenus des producteurs pendant ce temps, les produits importés augmentaient de prix. Cela a eu pour conséquence un mécontentement de la population, à cela il faut ajouter l’intervention des anciens combattants  et  des partis politiques qui réclament l’indépendance.

B.  La marche vers l’indépendance

En 1948, la population marche contre la hausse des prix des produits. Elle est soutenue par les partis politiques à savoir l’UGCC (United Gold Cost Convention)(Convention de la Gold Coast Unie) dirigé par J.B Danquah et le CPP (Convention People’s Party)(Parti de la Convention du Peuple)  de Kwame N’Krumah. Cette marche est réprimée et fait plusieurs morts et des arrestations dont Danquah et N’Krumah.

Pour calmer la situation, la Grande Bretagne propose une autonomie politique de la Gold Coast. Pendant ce temps, l’UGCC et le CPP propose des discutions devant aboutir à l’indépendance. L’UGCC propose des discutions devant aboutir à l’indépendance, le CPP propose l’indépendance immédiate.

Le CPP avait le soutien des syndicats. Le 20 novembre 1949, le CPP lance la désobéissance civile. Le 20 janvier 1950, il lance la grève générale. Le gouvernement  procède à des arrestations dont les leaders syndicaux y compris N’krumah. Mais ces mouvements vont porter fruit.

En février 1951 des élections parlementaires sont organisées et le CPP enlève 34 sièges sur les 38. N’Krumah est libéré de prison et nommé premier ministre en 1952. En 1956 N’Krumah propose de nouvelles élections législatives. Le CPP remporte 72 sièges sur 104. Cette assemblée rédige la constitution conformément à l’esprit de l’indépendance. La Grande Bretagne accepte cette constitution. Le 06 mars 1957 l’indépendance de la Gold Coast est proclamée. Elle prend le nom Ghana avec pour premier président Kwamé N’Krumah.

IV.  l‘évolution politique des colonies de peuplement : exemple du Zimbabwe

A.  L’indépendance de 1965

Le chemin vers l’indépendance de la Rhodésie du Sud, est plus long et plus violente. La ségrégation, dont les Noirs étaient victimes, et le mouvement d’accession à l’indépendance sur le continent africain encouragèrent le nationalisme zimbabwéen. En effet dès 1957, Joshua Nkomo, avait fondé un Congrès national africain de Rhodésie du Sud, dissous deux ans plus tard par le gouvernement.

Les Blancs, étaient hostiles à tout partage du pouvoir avec les Noirs. Les blancs furent les premiers à revendiquer le droit à l’indépendance de la Rhodésie du sud, contre le Royaume-Uni. Après deux années de négociations vaines, le gouvernement blanc, dirigé par Ian Smith, déclare unilatéralement* l’indépendance le 11 novembre 1965. Le Royaume-Uni, l’Organisation des Nations unies (ONU) refusent de reconnaître la Rhodésie du sud et décrètent un embargo commercial contre elle. La ZAPU (la Zimbabwe African People's Union)  de Joshua Nkomo et la ZANU (la Zimbabwe African National Union)  de Robert Mugabe sont interdites par le gouvernement de Ian Smith, et leurs dirigeants sont emprisonnés. Les nationalistes noirs engagent alors une lutte armée contre le pouvoir minoritaire des Blancs.

B.  L’indépendance de 1980

Le gouvernement de Ian Smith va établir en Rhodésie du sud, un régime d’apartheid.

Face à la menace des nationalistes noirs, Ian Smith signe un accord avec trois leaders noirs. En 1979, une nouvelle Constitution, adoptée lors d’un référendum réservé aux Blancs, instaure un régime multiracial. En février  1980 des élections présidentielles sont organisées sous la surveillance de l’ONU. Elles sont remportées par la ZANU, et son leader Robert Mugabe, celui-ci proclame l’indépendance du Zimbabwe en Juillet 1980.

V.  Conclusion

 En fonction des colonies de peuplement ou d’exploitation, la marche vers l’indépendance dans les colonies britanniques se différencie. Si dans les colonies d’exploitation l’évolution politique est pacifique, dans les colonies de peuplement, elle est plutôt brutale.