User Picture
Vous

Fonctionnement des appareils génitaux – hygiène.

I.  Fonctionnement des appareils génitaux

A.  Fonctionnement de l’appareil génital mâle.

Il commence à la puberté et dure toute la vie et ce de manière continue. Cependant, la production de spermatozoïdes diminue à partir de l’âge de 70 ans environ : c’est l’andropause. Les testicules jouent deux rôles essentiels : la production de spermatozoïdes et d’hormone mâle ou testostérone.

1.  La production des spermatozoïdes.

Les spermatozoïdes ou gamètes mâles, sont formés par les tubes séminifères des testicules. Une fois produite par les testicules, les spermatozoïdes sont stockés dans l’épididyme (canal situé à
l’arrière du testicule) où ils « mûrissent ». Arrivé à maturité (après un peu plus de deux mois), ils remontent par le canal déférent jusqu’aux vésicules séminales où ils sont nourris par le liquide séminale produit par la prostate.
Chaque spermatozoïde est une petite cellule mobile formé de trois parties :

- La tête, qui comprend un noyau avec un peu de cytoplasme ;
- La pièce intermédiaire ;
- La queue ou flagelle. 

NB : Le sperme contient environ 100 millions de spermatozoïdes par millilitre.

Résultat de recherche d'images pour

2.  La production de l’hormone mâle ou testostérone.

Les testicules renferment des cellules interstitielles qui produisent l’hormone mâle appelé testostérone. Cette hormone est responsable de l’apparition des caractères sexuels mâle chez le garçon.

B.  Fonctionnement de l’appareil génital de la femme.

Il est cyclique. Cela débute à la puberté entre 10 et 16 ans et prend fin à la ménopause entre 45 et 50 ans.

1.  Rôles des ovaires.

Ils jouent deux rôles essentiels : la production des ovules et la production d’hormones sexuelles femelles

  • La production des ovules qui sont des cellules sexuelles femelles ou gamètes femelles. Chaque ovule est une grosse cellule immobile, contenant un noyau et du cytoplasme riche en substance nutritive ou vitellus. La jeune fille nait avec un nombre (un stock) définie de follicules ovariens: chaque fille nait donc avec un certain nombre d’ovocytes (des ovules non encore matures).
    NB : entre la puberté et la ménopause et sauf pendant les périodes où elle est enceinte, une femme produit environ 400 ovules

Schéma de l’ovule

  • La production d’hormones sexuelles femelles (œstrogènes): Les œstrogènes sécrétés par les ovaires sont responsable de l’apparition des caractères sexuels femelles à la puberté chez la fille mais aussi de l’épaississement de la paroi de l’utérus afin de recevoir l’œuf. La progestérone est produite par le corps jaune pour favoriser la gestation ou grossesse.

2.  Le cycle sexuel

La durée du cycle sexuel féminin est en moyenne de 28 jours. Selon les personnes, cela peut varier de 24 à 32 jours. Le cycle est dit long s’il dure plus de 28 jours (29, 30,31 jrs) et court s’il dure moins de 28 jours (26, 27 jrs). Ce cycle peut aussi être irrégulier c’est-à-dire qu’il n’a pas toujours la même durée. Certains facteurs comme la fatigue, le stress, l’anorexie, la prise de certains médicaments etc. peuvent influer sur le cycle menstruel et conduire à des règles irrégulières ou les font disparaître.Le premier jour des règles constitue le début du cycle. Ce cycle, aussi appelé cycle ovarien comprend deux phases séparées par l’ovulation.

  • La phase folliculaire ou pré-ovulatoire : elle va du premier jour des règles jusqu’à
    l’ovulation. Durant chaque cycle, un follicule (masse de cellule renfermant l’ovule) évolue et
    donne un follicule mûr. Durant cette phase la muqueuse utérine s’épaissie sous l’action des
    œstrogènes.
  • L’ovulation : le follicule mûr éclate et libère l’ovule. L’ovulation a lieu généralement le 14
    ème jour mais cela dépend de la durée du cycle.
  • La phase lutéinique ou post-ovulatoire : après l’ovulation la paroi du follicule demeure dans
    l’ovaire et se transforme en corps jaune. Le corps jaune sécrète une hormone appelée progestérone qui agit sur la muqueuse utérine qui continue de s’épaissir. La durée de cette phase est de 14 jours et ne varie pas quel qu’en soit la durée du cycle ; ce qui permet de déterminer le jour de l’ovulation.
    Si l’ovule libérée par l’ovaire dans la trompe est fécondé, l’œuf qui en résulte migre dans la trompe jusqu’à l’utérus où il s’implante : c’est la nidation. Une fois fixé, l’œuf envoie des signaux pour que la production d’hormones se maintienne. C’est le début de la grossesse. Les cycles menstruels s’arrêtent et les règles ne surviennent pas. Le corps jaune (reste du follicule), demeure donc dans l’ovaire durant tout le temps de la grossesse et sécrète la progestérone dont le taux devient élevé dans le sang et dans l’urine. Le test de grossesse est basé sur le dosage de la progestérone dont le taux est élevé chez la femme enceinte.
    Si l’ovule n’est pas fécondé, il meurt au bout de deux jours et la muqueuse utérine qui s’était épaissit pour recevoir l’embryon se détruit, ce qui provoque une perte de sang qui dure 02 à 08 jours selon les femmes (en moyenne 05 jours) : ce sont menstruations (menstrues) encore appelé règles. Le corps jaune meurt et est éliminé et un nouveau cycle recommence. Au environ de 45 à 50 ans, il n’y a plus de production d’ovule chez la femme et le cycle sexuel s’arrête : on dit qu’elle est en ménopause.

II.  Hygiène des appareils génitaux

A.  Règles d’hygiène des organes génitaux chez l’homme.

L’hygiène des organes génitaux repose sur la propreté du corps et des vêtements.

  • Se laver le corps au savon au moins une fois par jour.
  • Porter des vêtements et des sous-vêtements propres.
  • Eviter les infections sexuellement transmissibles par l’abstinence ou des rapports sexuels protégés ou par la fidélité les couples.

B.  Règles d’hygiène des organes génitaux chez la femme.

Elle consiste à :

  • S’assurer de la propreté des vêtements et des sous-vêtements en contact avec l’organe génital.
  • Se laver régulièrement et avoir une hygiène particulière au moment des règles.
  • Eviter les IST par l’abstinence ou des rapports protégés et la fidélité pour les couples.

III.  La maternité.

On appelle maternité l’ensemble des processus qui conduisent à la mise au monde d’un enfant. Elle va de la fécondation jusqu’à la naissance et à l’allaitement.

A.  Fécondation et grossesse dans l’espèce humaine.

1.  Définitions et généralités

On parle dérection, lorsque le pénis se gonfle de sang, s’allonge et devient rigide et se dresse.
La copulation : c’est le rapport sexuel ou coït. Le but du rapport sexuel est la procréation et non la recherche du seul plaisir.
Le rapport sexuel provoque une sensation de plaisir dont le summum (sommet) constitue l’orgasme.
C’est à ce moment que se produit l’éjaculation qui correspond à la libération du sperme dans les voies génitales femelles.
Les spermatozoïdes déposés au fond du vagin, se déplacent grâce à leur flagelles, s’engagent dans le col de l’utérus, remontent le long de la muqueuse utérine et s’engagent dans les trompes. La durée de vie d’un spermatozoïde dans les voies génitales femelles est de 3jours soit 72h.
L’ovule libéré au moment de l’ovulation dans le pavillon, s‘engage dans la trompe à la rencontre des spermatozoïdes. Sa durée de vie est de 2 jours soit 48h après l’ovulation.

2.  Fécondation dans l’espèce humaine.

On appelle fécondation, la fusion entre le spermatozoïde et l’ovule pour former un œuf ou zygote.
Elle a lieu dans le 1/3 supérieur de la trompe.
Pour qu’il ait fécondation le rapport sexuel doit coïncider avec la période de fécondité de la femme.

On appelle période de fécondité ou période de fertilité, la période où les rapports sexuels sans contraception peuvent déclencher une grossesse. Théoriquement, la fécondation n’est possible que durant les 5 jours (3 jrs avant l’ovulation correspondant à la durée de vie du spermatozoïde et 2 jrs après correspondant à celle de l’ovule) qui encadrent le jour de l’ovulation. Certain spécialistes tels que le Docteur OGINO, situe la période de fécondité entre le 12ème et le 19ème jour, avec un pic des risques de fécondités autour du 14ème jour.
Comme la fécondation a lieu dans le corps de la femme, on dit que la fécondation est interne chez l’espèce humaine. Chez l’oursin, qui est un animal marin, la fécondation est externe et se fait dans l’eau de mer.
Lorsque la fécondation a lieu dans un organisme vivant, elle est dite fécondation « in vivo ». Par contre lorsqu’elle a lieu au laboratoire, en dehors du corps, elle est dite fécondation «in vitro » et aboutit à la formation de bébés dits bébés éprouvette.

NB: Cas des jumeaux

Une même grossesse peut aboutir à la naissance de deux enfants : ces enfants sont dits jumeaux. On distingue les vrais jumeaux et les faux jumeaux.

Les vrais jumeaux : dans ce cas, après fécondation (d’un ovule et d’un spermatozoïde),
l’œuf se divise en deux et donne deux embryons qui évoluent pour donner deux enfants. Les
vrais jumeaux sont reliés à la mère par un seul placenta et les enfants sont toujours de même sexe et se ressemblent parfaitement.

Les faux jumeaux : dans ce cas, deux ovules sont libérés à la fois par les deux ovaires et sont fécondés par deux spermatozoïdes. On aboutit à la formation de deux embryons avec deux placentas. Les deux enfants peuvent être du même sexe ou de sexe différents.

3.  La grossesse

i. La nidation.
Après la fécondation, l’œuf ou l’embryon commence à se diviser tout en migrant dans la trompe
jusqu’à l’utérus où il se fixe sur la muqueuse utérine : c’est la nidation.
Par définition, la nidation correspond à la fixation de l’œuf sur la muqueuse utérine. Quelque fois, l’œuf se fixe en dehors de l’utérus (le plus souvent dans la trompe) et on aboutit à une grossesse anormale appelé grossesse extra-utérine.

ii. Les annexes embryonnaires et leurs rôles.

Durant la grossesse, des structures vont se mettre en place dans l’utérus pour la nutrition et la protection du fœtus. Il s’agit notamment de :

    • L’amnios : c’est une poche remplie de liquide amniotique dans lequel baigne l’embryon (fœtus). Il amortit les chocs que peuvent subir l’enfant.
    • Le cordon ombilical : il relie l’embryon au placenta.
    • Le placenta : il fixe l’embryon à la paroi utérine et assure aussi les échanges entre la mère et l’embryon qui devient fœtus 3 mois après le début de la grossesse avec la mise en place des organes du corps.
      Le placenta assure la fourniture des nutriments et de l’oxygène au fœtus mais aussi élimine les déchets et le gaz carbonique rejeté par le fœtus. Enfin le placenta empêche le passage de cer tains microbes de la mère au fœtus ; mais d’autres comme le tréponème de la syphilis et le VIH arrivent à traverser.
      La grossesse est de 09 mois dans l’espèce humaine.

B.  Parturition et allaitement.

1.  Parturition ou accouchement.

C’est la mise au monde de l’enfant. Elle comporte 03 étapes : la dilatation, l’expulsion et délivrance.

  • La dilatation : durant cette phase le col de l’utérus s’ouvre peu à peu, grâce à des contractions automatiques (involontaires) qu’on appelle travail. L’amnios se déchire : c’est la rupture de la poche des eaux.
  • L’expulsion de l’enfant : c’est la phase pendant laquelle l’enfant traverse le col de l’utérus, le
    vagin et la vulve ; la tête de l’enfant en avant. Cela se fait grâce aux contractions des muscles
    de l’utérus, des muscles abdominales et du diaphragme.
  • La délivrance :c’est l’expulsion du placenta. Elle intervient après la naissance de l’enfant et
    marque la fin de l’accouchement. Lorsque l’enfant est née avant terme (09mois), on dit qu’il est prématuré.

2.  Allaitement

Pendant que la grossesse évolue, il y a un développement des glandes mammaires. Après
l’accouchement, ces glandes produisent le lait pour le nouveau-né. Le colostrum ou 1er lait est un liquide jaunâtre sécrété par les seins durant les premiers jours qui suivent l’accouchement. Le colostrum fournit tous les besoins du nouveau-né. On distingue trois (03) types d’allaitements à savoir l’allaitement maternel, artificiel et mixte. Parmi ces trois types d’allaitements, l’allaitement maternel est recommandé car il présente de nombreux avantages :

  •    Il est complet car il contient tous les aliments nécessaires au nouveau-né.
  •    Il est riche en anticorps, ce qui protège le nouveau-né contre les maladies.
  •    Sa digestion est facile pour le nouveau-né.

L’allaitement mixte (maternel et artificiel) s’impose quand la mère ne fournit pas assez de lait pour le bébé.
Le sevrage est l’arrêt de l’allaitement maternel. Il doit se faire progressivement en veillant à fourni à l’enfant, une alimentation équilibré qui renferme tous les aliments que l’enfant trouvait dans le lait.