User Picture
Vous

L’appareil circulatoire - la circulation - hygiène

I.  Introduction

L’appareil circulatoire comprend :
$\triangleright$ Le cœur, qui est un muscle rouge et autonome dont le rôle est de propulser le sang.
$\triangleright$ Les vaisseaux sanguins, formés d’artères, de veines et des capillaires, qui conduisent le sang dans tous les organes du corps.

II.  Anatomie de l'appareil circulatoire

A.  Description du cœur

Le cœur est un muscle creux, appelé myocarde, situé entre les deux poumons et pèse environ 250g. Il est entouré d’une membrane : le péricarde. A l’intérieur, il est divisé en deux par une cloison étanche (le septum). En fait, c’est comme s’il y avait deux cœurs, séparés par le septum, le cœur gauche et le cœur droit.
Chaque côté du cœur est lui-même séparé en deux cavités ; en bas le ventricule et en haut l’oreillette.
Le ventricule et l’oreillette sont séparés par une sorte de clapet, la valvule. Le cœur comprend donc, en tout deux ventricules et deux oreillettes.

$Schéma \;du\; coeur$

B.  Description des vaisseaux sanguins

1.  Les artères

Ce sont des conduits cylindriques, qui sont contractiles, élastiques à paroi musculaire épaisse. On distingue :
$\triangleright$ L’artère aorte, qui part des ventricules gauches et se ramifient dans tous le corps, pour donner des artères, des artérioles et des capillaires.
$\triangleright$ L’artère pulmonaire, qui part des ventricules droites et se ramifient dans tous les deux poumons.
NB : Au point de départ de chaque artère, il y a des valvules, appelées valves sigmoïdes. Lorsqu’on sectionne une artère, son ouverture reste béante.

2.  Les veines

Ce sont des conduits à paroi mince, peu contractile et peu élastique ; elles se ramifient pour donner des veinules. Les veines sont garnies (riches) de plusieurs valvules qui empêchent le retour du sang. On distingue :
$\triangleright$ Les veines caves (supérieure et inférieure) qui ramènent le sang dans le cœur en passant par l’oreillette droite.
$\triangleright$ Les veines pulmonaires, qui ramènent également le sang dans le cœur en passant par l’oreillette gauche.

3.  Les capillaires

Ce sont des vaisseaux sanguins de diamètre très petits et à paroi très mince, ils sont situés dans les organes. Ils sont également contractiles. Ils proviennent de la ramification des artères et des veines.

III.  Physiologie de l'appareil circulatoire

A.  Fonctionnement du cœur : la révolution cardiaque

La révolution cardiaque est un cycle de contractions rythmique. Elle comprend trois phases :
 La systole auriculaire ou contraction des oreillettes. Au cours de cette phase, les oreillettes se contractent et chassent le sang vers les ventricules, à travers les valves auriculoventriculaires. A la fin de la systole auriculaire, les valvules auriculo-ventriculaires se referment. Cette phase dure 0,1 seconde.
 La systole ventriculaire ou contraction des ventricules. Les ventricules se contractent et chassent le sang qu’il contient vers les deux artères (aorte et pulmonaire). A la fin de la systole ventriculaire les valvules sigmoïdes se referment. Cette phase dure 0,3 seconde.
 La diastole générale ou repos générale du cœur, pendant laquelle le cœur se relâche et se remplit du sang apporté par les veines (veine cave supérieure, inférieure et pulmonaire). En effet, au cours de celle-ci le sang passe des veines dans les deux oreillettes qui se gonflent progressivement. A la fin de celle-ci, les oreillettes sont complètement dilatées. Elle dure 0,4 seconde.
On constate que le temps de travail du cœur correspond à son temps de repos, voilà pourquoi on dit que le cœur est un muscle infatigable : il se repose autant qu’il travail. Les contractions cardiaques peuvent être enregistrées sous forme de courbes ou diagramme à l’aide d’un appareil appelé cardiographe.



Schéma d’une révolution cardiaque (cardiogramme)

Le rythme (fréquence) cardiaque est le nombre de révolution cardiaque par minute ou le nombre de battement cardiaque par minute. Elle varie selon l’âge, le sexe et l’activité exercée.
- Pour un adulte au repos, elle est en moyenne de 75 battements/mn. Cependant, un athlète bien entrainé à un rythme cardiaque au repos bien plus faible qu’une personne sédentaire ;
- En cas de fièvre, elle est de 140 battements/mn ;
- L’oiseau-mouche à lui un rythme cardiaque de 2000 battements/mn.
NB : On peut déterminer le rythme cardiaque en prenant le pouls. L’étude du fonctionnement du cœur est appelé auscultation. On utilise à cet effet un stéthoscope.

B.  Rôle des vaisseaux sanguins

1.  Les artères

Elles conduisent le sang des ventricules aux organes. Dans les artères, le sang circule sous pression : on parle alors de tension artérielle ou pression artérielle. On la mesure à l’aide d’un tensiomètre. Quand une artère se coupe le sang jaillit par saccade.

2.  Les veines

Elles conduisent le sang des organes aux oreillettes. Dans les veines la pression sanguine est faible et suffisante pour amener le sang au cœur.

3.  Les capillaires

Ils forment un réseau très dense dans tous les organes. Le sang y circule aussi très lentement. Grâce à leur paroi très mince, les capillaires assurent la totalité des échanges des nutriments, des gaz respiratoires, des déchets entre le sang et les cellules par l’intermédiaire de la lymphe.

C.  Le trajet du sang

Le trajet du sang dans l’organisme comprend deux circuits : la grande circulation ou circulation générale et la petite circulation ou circulation pulmonaire.


$Schéma \;de \;l'appareil \;circulatoire$

1.  La grande circulation

Dans ce circuit, le sang rouge vif (riche en oxygène) sort du cœur par l’artère aorte et se rend dans tous les organes sauf le poumon. Au niveau des différents organes le sang libère le dioxygène et se charge du gaz carbonique (rouge sombre). Le sang rouge sombre revient dans le cœur par les veines caves.

2.  La petite circulation

Le sang rouge sombre venue des différents organes sort du cœur par l’artère pulmonaire et se rend dans les poumons. Au niveau des poumons, le sang se débarrasse du CO2, se charge du dioxygène et revient dans le cœur par les veines pulmonaire.

IV.  Maladie, accident et hygiène de la circulation sanguine

A.  Les maladies

1.  La varice

Elle se manifeste par la dilatation excessive et permanente de la paroi des veines. Les veines deviennent saillantes sous la peau. Elle est fréquente chez les travailleurs qui reste longtemps débout.

2.  L’artériosclérose ou athérosclérose

Elle se manifeste par le durcissement et l’épaississement des parois des artères; avec formation par endroit de poches. La rupture de ces poches provoque, une hémorragie interne (qui peut entrainer ou provoquer la mort). Elle est surtout favorisée par l’abus de l’alcool et du tabac.

3.  Hypertension et hypotension

On appelle hypertension artérielle l’élévation anormale de la tension artérielle au-délà de 14. L’hypotension artérielle est la baisse anormale de la tension artérielle en dessous de 7.
NB : on dit que vous êtes hypertendue si votre tension maximale supérieure à 14 et hypotendue si votre tension minimale est inférieure à 7.

B.  Les accidents

1.  L’hémorragie

C’est l’écoulement anormale du sang du à une rupture des vaisseaux sanguins. On distingue :
$\triangleright$ Les hémorragies artérielles, ce sont des écoulements rapides et saccadés de sang rouge vif ou vermeil. Elle est très grave car si elle n’est pas stoppée elle s’avère mortelle.
$\triangleright$ Les hémorragies veineuses, caractérisées par un écoulement continu du sang rouge sombre, elle est moins grave que la précédente.
$\triangleright$ Les hémorragies capillaires ou saignement du nez : c’est un écoulement lent et sans gravité du sang (car elle peut s’arrêtée spontanément).

Remarque :
En cas d’hémorragie grave, il faut comprimer les vaisseaux rompus à l’aide de compresse et de bandage ; placé un garrot entre la blessure et cœur et se rendre vite à l’hôpital.

2.  L’infarctus

C’est une nécrose (mort) du muscle cardiaque (myocarde) suite à l’obstruction d’une branche d’une artère coronaire et se traduit par une violente douleur dans la poitrine. La cause réside au niveau des artères coronaires. Il s’agit le plus souvent d’une athérosclérose coronaire, c’est-à-dire d’un dépôt de plaque d’athérome riche en lipides tels que le cholestérol, qui épaississent la paroi et diminuent le calibre (diamètre) artériel, et provoquent ainsi une ischémie (ralentissement de la circulation artérielle locale). Sur ces lésions favorisantes survient, une thrombose (formation d’un caillot de sang dans un vaisseau), qui complète brutalement l’obstruction. Elle est provoquée par l’alcool, le tabac…

C.  Hygiène de la circulation sanguine

Pour une bonne circulation sanguine il faut éviter :
- De porter des habits très serrés ;
- De rester débout pendant très longtemps, surtout quand on est immobile ;
- Le refroidissement brusque du corps ;
- L’abus d’alcool.
Il est cependant conseillé de faire du sport pour activer (développer le muscle cardiaque) car quand le cœur est bien développé il assure une bonne circulation sanguine.