User Picture
Vous

LES MOUVEMENTS D’EMANCIPATION EN AFRIQUE

I.  Introduction

La décolonisation est la suppression du colonialisme ou l’accession des colonies à l’indépendance. C’est surtout après la seconde guerre mondiale que les mouvements d’émancipation en Afrique ont remporté des succès.

II.  La naissance des mouvements d’émancipation

A.  Les facteurs internes

1.  L’exploitation économique des colonies

     Les africains ont été privés de leur terre, ils ont été contraints aux travaux forcés et au paiement de lourds impôts. La conséquence de ce traitement est la misère suivie de l’éveil des consciences.

2.  La domination politique

Les africains ont été privés de leur droit de vote et du droit à disposer d’eux mêmes. Cette frustration poussèrent les africains à la prise de conscience.

3.  Le rôle de l’élite intellectuelle africaine

Les intellectuels africains formés dans les écoles et les universités européennes. Léopold Sedar Senghor, par exemple, réalise que la colonisation n’est qu’une pure exploitation des terres africaines par les colons. Cette élite intellectuelle deviendra le fer de lance des mouvements politiques pour lutter contre la colonisation. A titre d’exemple, on peut citer la création du RDA  en 1946 à Bamako.

4.  L’action des syndicats

Les syndicats comme UGTAN (Union Générale des Travailleurs d’Afrique Noire) créée en 1956 et les associations estudiantines telles que la FEANF (Fédération des Etudiants d’Afrique Noire Française) créées en 1952 ont joué un rôle important dans la lutte anticoloniale. A côté de ces syndicats, les partis politiques ont joué un rôle déterminant.

B.  Les facteurs externes

1.  Le rôle de l’église

L’église prenant conscience de la contradiction qui existait entre le message de l’Evangile et la domination coloniale  contribua à l’émancipation des colonies africaines.

2.  Les deux (2) guerres mondiales

Les africains ont combattus pour la liberté des métropoles. Cependant au lendemain du conflit, cette liberté leur a été refusée. Le 30 Janvier 1944, le général De Gaulle réunit les principaux gouverneurs des colonies françaises à la conférence de Brazzaville. On décida à la conférence d’intégrer les africains dans la gestion des affaires de leur pays, mais l’idée de l’indépendance des colonies fut écartée.  Les africains prennent alors conscience et organisent des mouvements d’émancipation pour se libérer de la domination coloniale européenne.

3.  L’ONU et les deux grands (Etats-Unis et URSS)

L’ONU a joué un rôle important dans la décolonisation des territoires africains. Car l’ONU défendait le droit des peuples à disposer d’eux même et à se gouverner.

Les Etats-Unis et l’URSS soutiennent l’action de l’ONU et  encouragent les peuples africains notamment  colonisés à lutter contre l’occupation européenne.

III.  L’action des mouvements nationalistes en Afrique du Nord

A.  Au Maroc et en Tunisie

Dans les années 1950, les mouvements nationalistes étaient dirigés  par Mohammed V au Maroc et par Bourguiba en Tunisie. Ces mouvements ont entrainé l’instauration d’un climat de violence en Afrique du Nord. La France négocia la décolonisation et ces deux territoires accédèrent à l’indépendance en 1956.

B.  En Algérie

Le cas de l’Algérie était plus compliqué, de nombreux colons d’origine française appelés pieds noirs y vivaient et s’opposaient à la décolonisation. La lutte pour l’indépendance de l’Algérie était menée particulièrement par le Front National de Libération (FLN). Après de sanglantes batailles, le général De Gaulle accepta l’indépendance de l’Algérie le 18 mars 1962.

IV.  L’action des mouvements nationalistes en Afrique Noire

A.  Les colonies Britanniques d’Afrique noire

La Grande Bretagne fut le premier pays européen à accorder l’indépendance à ses colonies : la Gold Coast  actuel  Ghana le 6 mars 1957. Le Nigeria suit en 1960, la Tanzanie en 1961, l’Ouganda et Le Kenya en 1963

B.  Les colonies françaises d’Afrique Noire

Les colonies françaises  d’Afrique noire ont accédé à l’indépendance suite  à la pression de l’ONU et des partis nationalistes. La France  fut alors amener à adopter une série de réformes jusqu’à l’indépendance :

  • La conférence de Brazzaville : Le générale De Gaulle conscient de l’effort de guerre des populations africaine autorise les africains à participer à la gestion des affaires de leur pays. Cette conférence invita également les africains à envoyer leur représentants à l’assemblée nationale française. Cependant toute idée d’indépendance des colonies était exclue.
  • L’union française : La France rebaptise son empire colonial Union Française grâce à la constitution* de 1946. Le 11 avril 1946 la loi Félix Houphouët Boigny  abolit les travaux forcés. Le 17 mai 1946, la loi Lamine Gueye accorde la citoyenneté française aux indigènes (africains) 
  • La loi cadre de 1956 : Elle a été élaborée par le ministre français d’outre-mer Gaston Defferre avec la collaboration de Houphouët  Avec l’application de cette loi, le président français demeure le président des colonies et le vice-président des colonies est élu par les assemblées locales. En Haute Volta le vice-président était Daniel Ouezzin Coulibaly.
  • La communauté Franco-africaine : Elle est l’œuvre du générale De Gaulle. Un referendum* d’auto-détermination fut organisé le 26 septembre 1958. Les Africains avaient le choix entre l’autonomie dans la communauté française ou l’indépendance avec la suppression de toute aide de la France. Tous les territoires acceptent d’intégrer la communauté franco-africaine, sauf la Guinée de Sékou Touré qui refusa la communauté franco-africaine. Sékou Touré avait dit « Nous préférons la pauvreté dans la liberté plutôt que la richesse dans l’esclavage » Aussitôt la Guinée devint indépendante le 2 Octobre 1958. Ce fut donc le premier pays d’Afrique noire française à obtenir l’indépendance. Le général De Gaulle révisa alors sa position. Tous les autres territoires peuvent accéder à l’indépendance tout en restant dans la communauté. En 1960 toutes les colonies d’Afrique Noire française et Madagascar obtiennent leur indépendance.

C.  Le Congo belge

La Belgique gérait le Congo,  une des plus vastes  et riche des colonies d’Afrique  en refusant toute évolution. Mais  suite  à de violents troubles : massacres d’Européens, rivalités ethniques,  le soutien de l’URSS au premier ministre Lumumba et celui des Américains au président Kasavubu  qui provoquèrent une guerre civile. La Belgique fut obligée d’accorder l’indépendance d’une manière précipitée en 1960.  Malgré l’intervention de l’ONU, ces troubles ne cesseront qu’en 1965 avec le coup d’Etat de Mobutu, chef de l’armée.

V.  Conclusion

Les colonies africaines ont lutté pour acquérir leur indépendance. Dans certaines colonies ces luttes furent violentes (Algérie) et dans d’autres, elles furent pacifiques (Afrique noire française)

 

Mots clés :

  • Referendum : procédure de vote qui permet aux habitants d’un pays de donner leur avis sur un projet de loi.
  • Constitution : Ensemble de lois.